Politique

Après Chirac le Corrézien, Sarkozy l’Aveyronnais ?

En pleine affaire Woerth-Bettencourt, le Chef de l’Etat s’est offert le 1er juillet un périple réconfortant en Carladez. Les mauvaises langues diront que l’accueil aurait été plus houleux dans le sud Aveyron… Le fait est que le chef de l’Etat, le deuxième à se rendre à Carladez depuis Albert Lebrun venu en 1933 inaugurer le barrage de Sarrans, a offert un sacré coup de pub à l’Aveyron. «L’Aveyron, c’est en soi, une marque» a-t-il notamment lancé au grand ravissement des élus.

Débarqué de son hélico sur le “Roc”, montagne dominant le lac de Sarrans (commune de Brommat), le président, suivi d’une cohorte de personnalités, a rallié à pied la grange de Sandrine et d’Alain Durand devant laquelle des étals avaient été installés. Avec un plaisir non feint, il a offert aux producteurs aveyronnais une sacrée pub. Devant les caméras et les micros, il a dégusté saucisson, bœuf d’Aubrac, Laguiole, sans oublier de filer l’aligot.

sarko_aligot
Il a même bu du… jus de pomme et salué le design des laguioles de La Forge dont raffole, parait-il, Carla. «Les colorés -ceux de Wilmotte-ndlr- sont ceux que j’offre à mes enfants.»

sarko_laguiole
«Comment vous êtes-vous connus ? » s’est-il enquis auprès de Sandrine Durand. «En boîte de nuit. Moi je suis du Cantal, beaucoup d’Aveyronnais prennent des femmes du Cantal. » lui a-t-elle expliqué. Cette filière des Cantaliennes a été confirmée par Yves Censi, le député de la circonscription, «Moi aussi, j’ai épousé une originaire du Cantal  »