fameux-rouergats

Maurice Raynal, l’ami de Picasso

Même à 100 ans de distance, le commencement de cette histoire a de quoi faire dresser sur la tête les cheveux de tout Aveyronnais normalement constitué. Celle d’un jeune Parisien qui hérite à 20 ans d’une belle somme et qui la flambe en deux ans en faisant la fête et en aidant ses amis artistes…

raynal_portraitSeulement voilà, quand ses derniers ont pour nom Apollinaire, Picasso, Utrillo, Modigliani ou Fernand Léger, la bohème prend un autre relief. Et leur ami, Maurice Raynal fou de poésie, de devenir l’observateur privilégié de la naissance du cubisme et l’un des plus grands critiques d’art du XXe siècle.
Son petit-fils, David, a eu la bonne idée et le talent de retracer la vie de son grand-père Maurice, à cette époque d’apogée du cubisme dans un bel ouvrage baptisé “La Bande à Picasso”.  C’est le grand intérêt de ce livre de témoigner à la fois de la rupture artistique qu’a pu constituer le cubisme mais en nous montrant ses acteurs dans leur vie quotidienne au Bateau-Lavoir à Montmartre, à la Ruche rue de Dantzig ou dans le quartier de Montparnasse.

Bal à la Maison Watteau le 23 mars 1924 (décorations murales de Pacsin). André Salmon – Maurice Raynal –André Derain – Moïse et Renée Kisling –Louis Marcoussis –Florent Fels - Juan Gris – Odette Masson – André Simon – Henry Kahnweiler Alice Halicka –Marie Vassileff.

Bal à la Maison Watteau le 23 mars 1924 (décorations murales de Pacsin). André Salmon – Maurice Raynal –André Derain – Moïse et Renée Kisling –Louis Marcoussis –Florent Fels – Juan Gris – Odette Masson – André Simon – Henry Kahnweiler Alice Halicka –Marie Vassileff.

Maurice Raynal est un homme intègre. Il a partagé, jusqu’à la dèche la plus profonde, en ami et en observateur, la vie des artistes du Montmartre d’il y a un siècle. Il a vécu en pair au milieu de cette concentration parisienne de talents venus de tous les pays. Un mouvement jamais vu dans l’histoire de l’Art et qui allait générer des secousses telluriques. Il fut le premier critique d’art à consacrer une monographie à Picasso en 1921. Il récidivera en 1954, cinquante ans après les débuts du cubisme.
A l’heure de Jeff Koons à Versailles financé par le contribuable, ce rappel des avant-gardes est bien utile pour rappeler ce que sont les vraies ruptures….