Communauté

L’heureuse Transhumance de Michel Rocard

 

La transhumance, beau symbole aveyronnais d’un plaisir qui se mérite, convaincra-t-elle Michel Rocard que la gauche a peut-être d’autres idéaux à proposer que les 35 heures ou un emploi à vie dans un service public ? Et qu’il fut un temps, où le travail et le mérite, étaient également des valeurs de gauche permettant à l’individu de s’élever et de maîtriser son destin. C’est ce que pensent en substance des paysans Aveyronnais, tel Dominique Rames, propriétaire des vaches, qu’accompagnait justement Michel Rocard (ci-dessous à gauche, en train de déguster l’aligot).

rocard_aligot

« En hiver, le vêlage en pleine nuit n’attend pas. Au printemps, les foins non plus. Il n’y a guère qu’en août qu’on est un peu plus tranquille même s’il y a toujours quelque chose à faire. C’est vrai qu’on se sent de plus en plus décalé avec ces lois sociales sur les 35 heures etc..On le sentiment d’avoir de plus en plus de boulot. Et plus le temps passe et plus on voudrait embaucher quelqu’un et moins on peut. » explique Dominique Rames qui a pris la succession de son père, Gabriel, à la tête d’un troupeau de 110 vaches Aubrac. Contradiction d’une société française où tout le monde s’extasie et raffole des produits de terroir, AOC et autres aligots sans mesurer le travail nécessaire qu’ils impliquent lorsqu’ils sont vraiment authentiques. (voir notre dossier sur les AOC)

Laisser un commentaire.

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.