Bistrots aveyronnais

Café le Petit Pont

Vingt-cinq ans qu’il contemple chaque jour les tours de Notre-Dame. Christophe Salabert est une figure du quartier. On peut le rencontrer chaque soir  rivé à son “Petit Pont” aussi visible que la figure de proue d’un galion espagnol.

petit-pont_patron

Car ce quatrième génération a le sens du contact. Et celui des racines. Il suffit de lire la bio familiale en préface du menu illustrée des médaillons des ancêtres pour s’en convaincre. Cette Rive Gauche entre Notre-Dame et la « Mouffe », c’est un peu son territoire de grand fauve. En 1896, Jean Salabert, l’arrière grand-père quitte sa vigne de coustoubis de Saint-Amans-des-Côts  pour faire bougnat rue Mouffetard. Lui est né à l’hôpital Lariboisière mais il a passé son enfance au pays, d’abord à Saint-Urcize puis à Espalion. Car son père, âgé de 35 ans, est mort derrière le comptoir de sa brasserie à Saint-Lazare terrassé par un infarctus. Du coup, le petit Christophe a pris le chemin inverse de tous les enfants de bougnats. Au pays toute l’année, à Paris en été. Plutôt à Rueil où il passe ses vacances à trier les bouteilles aux entrepôts de Richard. «J’étais le seul blanc dans mon équipe, je faisais l’écrivain public pour mes amis africains. » rigole-t-il.

A 22 ans, alors qu’il achève ses études d’histoire à la Sorbonne, il contacte son oncle Jean qui tient le café le “Petit Pont”. Pas vraiment un piston. 230 F (40€) par jour tous les jours pour tous les postes pendant huit ans en commençant par la plonge … Petit à petit alors que son oncle lève le pied, Christophe se découvre un vrai talent pour animer le comptoir. En 1998, il reprend les rênes de l’affaire.

terrasse dyu Café le Petit Pont

Avec un emplacement de passage comme le sien, il pourrait enfourner des plats sous-vide industriels au micro-ondes. Eh non, le gars met son terroir en avant et travaille une cuisine maison à des prix gentils. Il fait monter son agneau de Lozère, sa charcuterie est signée Talon, et son cantal entre-deux, Marcel Charrade. Le plus drôle, c’est le bœuf… De la pure blonde d’Aquitaine élevée en Cantal par un copain de Marmanhac, une vallée derrière Salers.

 poelon

Au chapitre des spécialités de la maison, les poêlons (10€) animent les repas à commencer par le Briard, (œufs mijotés, pommes de terre à l’ail, poitrine fumée) ou les salades géantes servies dans un bol en croûte de pain. L’agneau de Lozère façon tajine fait un carton (10€) ou la blanquette de veau de Tante Marie-Thérèse (10€). En dessert, les trapus du terroir feront un sort au « coupetado », le pain perdu façon auvergnate qui signe là encore l’origine du patron.

petit-pont_salad

Café Le Petit Pont

1, rue du Petit Pont
75005 Paris
Tél. 01 45 54 23 81

Ouvert 7J/7 de 7h à minuit.

Métro
ligne 4 Saint-Michel
Iigne 10 Cluny la Sorbonne
RER lignes B et C, Saint-Michel Notre-Dame

English version

japon
Réserver

Privatisation d’événements jusqu’à 100 personnes.

peti_pont_logp

Formule du jour (jusqu’à 16 h)

Entrée-plat ou plat-dessert 16,90€

Formule du Soir (jusqu’à minuit)

Entrée-plat-dessert 25,50 €