Grands causses, Pays de Roquefort

Nant au cœur des Grands Causses

Entre Causses et Cévennes, le village de Nant se niche au cœur d’une vallée située au confluent de deux rivières : la Dourbie, affluent du Tarn, et le Durzon, affluent de la Dourbie.

Dès le X° siècle, les moines bénédictins assèchent ce site marécageux en créant un réseau de canaux qui parcourent encore le village, plantent vergers et vignes. Ce qui valut à Nant d’être appelé « Le Jardin de l’Aveyron ».

nant-vue

Jusqu’à la suppression de l’abbaye par décret royal en 1777, la vie du village s’organise autour de la communauté monastique dont les travaux d’irrigation permettront l’essor de l’agriculture.
Durement marqué par la guerre de Cent Ans et les guerres de Religion – on est proche des Cévennes – le village connut un âge d’or dans la deuxième moitié du XVII ° siècle.

Fort de ses 4 000 habitants, il est alors, après Millau, la seconde ville du Sud-Rouergue. A partir de la Révolution, l’histoire de Nant va suivre celle d’un monde rural qui ne peut échapper à l’exode vers les villes.

Situé à la lisière du Pays Templier et en bordure du Parc naturel Régional des Grands Causses, Nant est le point de départ idéal pour de nombreuses excursions dans la région.

Bonne adresse : L’une des meilleurs flaunes du sud Aveyron

William Foissac est l’un des maîtres de ce dessert typiquement sud-aveyronnais qui recourt à la recuite, petit lait de brebis recueilli à l’égouttage des fromages et ensuite chauffé.

Laisser un commentaire.

*