Bistrots aveyronnais

L’Arsenal, bistrot de Rouergat sans-culotte sur la rue Saint-Antoine

Sur le côté ensoleillé de la rue Saint-Antoine, l’Arsenal, bistro pur jus sixties, est aux antipodes du lounge. La photo géante noir et blanc (1964) du viaduc du Viaur sur l’un des murs signe son origine. C’est un troquet qui supporte la canicule grâce aux brumisateurs en terrasse et à des bonnes idées du côté de la cuisine. Comme ce gaspacho de petit pois qui vous rafraichit la bouche, comme une goulée d’air sur l’Anapurna.

 

 

arsenal_sallevJean-Paul Azemar, “bougnat sans-culotte”, monté de sa vallée du Lot à la fin des années 90, n’a pas changé d’un iota sa ligne d’action. Il a toujours le foulard des gars de l’Aubrac autour du cou et cette apparence de demi-de-mêlé toulousain qui lui va si bien lorsqu’il esquive et se faufile pour passer les assiettes.
Son chauvinisme est joyeux et farceur quand il écrit sur l’ardoise, « Aveyron, Lozère, Cantal, les plus beaux départements de France.» Ainsi la charcuterie vient de chez Conquet. Bistro démocratique et bon marché où le café est à 1€ au comptoir.

 

 

La truffade de l’Arsenal

 

Jean-Paul Azémar sait s’entourer. Il y a Didier, en salle, un pilier de la maison. Et Minouche, “Rouergarte Haïtienne”, jamais de mauvaise humeur qui, dans sa petite cuisine, casse les œufs par dizaines. Car la grande spécialité de l’Arsenal, ce sont les omelettes de 4 œufs. Servies directement dans des poêlons en fonte, elles sont parfumées selon les goûts : nature, jambon, champignon. De 6 à 7,90€, elles font un tabac chez les clients. Ne parlons pas de la truffade ! Comme quoi, même au bistro, le bonheur est dans la simplicité.

 

arsenal_litho

Dessin par Haâmar

L’Arsenal

36 rue Saint-Antoine
75004 Paris
Ouvert 7 jours sur 7
de 7 à 23 heures

Métro Saint-Paul ligne 1

 

 

entrée-plat ou plat-dessert, 12,70€