Bistrots aveyronnais

Au Petit Chavignol, les Laguiolais de la rue de Tocqueville

Il y a parfois une véritable expertise du vin chez certains bistrots aveyronnais. Bernard Roque-Bouges, détenteur de la Bouteille d’Or 2001, originaire de Laguiole et patron de Au Petit Chavignol, en est une bonne illustration. Son restaurant est l’une des très bonnes adresses du 17e arrondissement en matière de bistro à vins.

chavignol_bernar

Voilà un de ces endroits qui fait encore beaucoup pour le côté authentiquement humain de Paris. Un Paris qui finalement résiste, malgré les coups de boutoirs des chaînes de marchands de textile ou de fast food. Et si ces bistrots sont des bastions de notre culture, cela est d’abord dû au travail de ces hommes, de la personnalité et leur volonté d’innover.

chavignol_confit

(confit de canard du Petit Chavignol)
Sans doute, cet indice qui ne trompe pas sur l’ardoise affichée devant la devanture, la salade rouergate.
Au Petit Chavignol c’est un bistrot à l’ancienne sans chichis. Le genre d’endroit où le brassage social se fait pour communier autour d’une bonne assiette.

chavignol_salle

Le patron, Bernard Roque-Bouges est de Laguiole. Ça ne se voit pas du premier coup d’œil, puisque l’affaire sent plutôt son lyonnais genre bouchon avec des ceps de vignes et une cartes de vins de propriétés où figure toutefois du Marcillac. Mais attention, Bernard Roque-Bouges est le premier à vous faire découvrir des petites merveilles produites des quatre coins de France. Sa sélection lui permet de répondre aux demandes d’amateurs de vins les plus pointues qu’il s’agisse de vendanges tardives alsacienne ou d’un bon faugères. Sans oublier des beaujolais fruités comme vergers en été.

On sent bien que le patron qui a repris l’affaire en 2000 l’a fait évoluer davantage vers plus d’Aveyron. On ne sera donc pas surpris de déguster des tripous de Naucelle immanquablement servis avec des pommes vapeurs. Il y aussi les saucissons et saucisses de chez Conquet. et surtout une belle ronde des fromages de l’Aveyron, avec Ecir et tomette de l’Aubrac, sans oublier les fourmes de Laguiole de 6 et 18 mois d’âge de Jeune Montagne et le Roquefort Coccinelle.. Mais le patron n’oublie pas le nom de son établissement, et fait aussi honneur au crottin de Chavignol. L’un des moments forts du bistro, c’est aussi l’arrivée du beaujolais-nouveau que Bernard défend avec acharnement. Il suffit de goûter son primeur pour s’en convaincre. Très loin du goût de banane industriel.

chavignol_tono

Le service est chaleureux et personnalisé sans affectation. C’est réussi.

Au Petit Chavignol
78, rue de Tocqueville
75017 Paris
Tél. : 01 42 27 95 97
Ouvert tous les jours
Fermé dimanche
Déjeuner : 12 h – 15 h
Dîner : 19 h 30 – 23 h 30

chavi_logo